Né en 1985 à Pembury (Royaume-Uni), Oliver Beer vit et travaille entre Londres et Paris, selon la formule consacrée. Cet artiste dont la cote n'en finit pas de monter a reçu les honneurs d'un solo show dans la toute nouvelle galerie Thaddaeus Ropac inaugurée à Londres fin avril. Ou...

Né en 1985 à Pembury (Royaume-Uni), Oliver Beer vit et travaille entre Londres et Paris, selon la formule consacrée. Cet artiste dont la cote n'en finit pas de monter a reçu les honneurs d'un solo show dans la toute nouvelle galerie Thaddaeus Ropac inaugurée à Londres fin avril. Outre les toiles et les sculptures de l'intéressé, l'événement était l'occasion de découvrir un nouveau volet performatif de son travail. Formé en tant que compositeur, Beer imagine d'épatantes interactions entre l'espace architectural et la voix humaine au sein desquelles le spectateur peut se mouvoir. Au croisement de deux Constructed Situations de Tino Sehgal, son nouveau Resonance Project donnait à entendre quatre chanteurs classiques -deux femmes, deux hommes- performant le visage coincé dans l'arête d'un mur. Le tout pour une fascinante conversation entre les corps et le bâti. Pas l'occasion de faire le détour par la capitale britannique? Qu'à cela ne tienne, le site du plasticien livre de nombreuses pistes sur sa pratique. On peut y découvrir les images -hélas, pas les sons- des différents lieux qui ont accueilli les performances en question: Centre Pompidou, Palais de Tokyo, Kiliç Ali Pasa Hamam (Istanbul)... À ne pas manquer, une courte séquence dans laquelle Oliver Beer explique le travail accompli pour une oeuvre commandée en 2014 par la Fondation Louis Vuitton. WWW.oliverbeer.wixsite.com/oliverbeer M.V.