Notamment influencé par 2001, l'Odyssée de l'espace, No Word to Speak With se vit comme un FPS surréaliste...

Notamment influencé par 2001, l'Odyssée de l'espace, No Word to Speak With se vit comme un FPS surréaliste suivant le quotidien d'un travailleur, prisonnier d'un centre d'élevage de spermatozoïdes géants. Le jeu aligne une routine entre tâches absconses et leçons de vocabulaire sous acides. Inutile d'y chercher un sens. Les paysages sonores en expansion de ce trip tapissé de visuels low poly se suffisent à eux-mêmes.