Evidemment, il est parti se perdre. A peine atterri à Paris pour le festival America dont il était l'un des invités, Teju Cole a disparu. " Je suis arrivé hier, j'ai juste pris le temps de poser mon sac à l'hôtel et j'ai avancé pendant des heures, je me suis complètement égaré dans Paris. Je fais ça continuellement. Marcher vous met en contact avec le sol,les rues deviennent une sorte d'arrière-plan sur lequel des choses s'impriment, un peu magiquement." Les rues de Manhattan, Julius, le héros de son premier roman, un assistant en psychiatrie solitaire, ne cesse de les arpenter, fouillant avec empathie et gravité les fantômes de la ville. Parmi eux, invisible mais écrasante, la silhouette des deux tours. Teju Cole est l'un de ces auteurs venus à la littérature dans l'après-11 septembre. " J'ai commencé à écrire le livre en 2006. Donc, oui, c'était une sorte de livre de l'après, une tentative de réponse fictionnelle au choc de ce jour-là. Mon but n'était pas de le décrire en termes politiques, ni d'évoquer les événements en soi, mais de parler de ce deuil auquel on fa...