Une simple question de générations. Lorsque la bande dessinée s'est ouverte au monde des lecteurs adultes et aux récits ni fictionnels, ni enfantins, ses auteurs étaient eux-mêmes des enfants du rock. Deux sous-cultures qui ont suivi un développement parallèle -le magazine Métal Hurlant avait bien choisi son nom- et ont connu avec les années des mélanges de plus en plus prégnants. On a ainsi pu voir Blexbolex causer de Jerry Lee Lewis ou Luz s'éclater sur du Funkadelic dans la collection Rock Strips, pendant que Manuel Decker collectait, en 2009, et dans un beau livre au format 33 tours, près de 200 pochettes de vinyles illustrées par les...