Librement inspirée des mémoires de la hautboïste Blair Tindall, Mozart in the Jungle: Sex, Drugs, and Classical Music, la série déplace depuis trois saisons l'attention sur le personnage de Rodrigo da Souza (Gabriel Garcia Bernal) jeune chef d'orchestre prodige et adulé qui traine son spleen dans les co...

Librement inspirée des mémoires de la hautboïste Blair Tindall, Mozart in the Jungle: Sex, Drugs, and Classical Music, la série déplace depuis trois saisons l'attention sur le personnage de Rodrigo da Souza (Gabriel Garcia Bernal) jeune chef d'orchestre prodige et adulé qui traine son spleen dans les couloirs du New York Philarmonic. Exilées notamment à Venise, ses tribulations évoquent un hommage fluvial peut-être involontaire au Caro Diario de Nanni Moretti et laissent glisser sur l'onde le raffinement érudit et désabusé qui a fait le sel de cette série trop peu connue. Évincée de leur tour d'ivoire newyorkaise par une direction qui cède aux sirènes du succès commercial et des spectacles tape-à-l'oeil, la philarmonie va devoir se décarcasser pour se réinventer, entre concerts en plein air et visites de prison, tandis que l'égo trip de Rodrigo le confronte aux visites imaginaires de ses maîtres (Mozart, etc). Le récit flamboyant de cette rédemption, entre ennui profond et moments de grâce divine, le conduira dans la cité des Doges à accompagner le destin de La Fiamma (Monica Bellucci), cantatrice sur le retour en plein dilemme orgasmique. Mais c'est bel et bien le destin de Hailey (Lola Kirke) qui réjouit le plus, pris comme un récit initiatique plein de tendresse pour celle qui troque son instrument contre une baguette de chef. Savoroso.