Le phénomène éditorial de l'année, Fauve d'or au dernier festival d'Angoulême, s'offre une fin d'année à sa mesure (et ce alors que le tome 2 de M oi ce que j'aime, c'est les monstres vient seulement de paraître aux États-Unis): une édition luxueuse tirée à 3 333 exemplaires exactement, avec un meilleur papier, une meilleure reliure, une nouvelle jaquette (créée pour l'occasion et inspirée d'une oeuvre symboliste de François-Émile Ehrmann), des sérigraphies inédites, et même deux récits supplémentaires glissés tels des livrets dans ce bel objet. Une édition qui rend surtout honneur au dessin expressionniste et à la narration unique de son autrice, survivante d'une méningo-encéphalite fulgurante, entrée directement au panthéon des auteurs américains avec ce premier roman graphique qui, de fait, restera dans les annales.

D'Emil Ferris, éditions Monsieur Toussaint Louverture, 416 pages. Prix: 70 euros.