Réalisé par Arthur Penn au milieu des années 70, The Missouri Breaks a longtemps été considéré comme une oeuvre mineure, ravalée le plus souvent à son duel de stars, Jack Nicholson et Marlon Brando (cristallisé dans une scène de bain devenue légendaire). Remasterisé en haute définition, ce western atypique gagne assurément à être redécouvert, le cinéaste s'...

Réalisé par Arthur Penn au milieu des années 70, The Missouri Breaks a longtemps été considéré comme une oeuvre mineure, ravalée le plus souvent à son duel de stars, Jack Nicholson et Marlon Brando (cristallisé dans une scène de bain devenue légendaire). Remasterisé en haute définition, ce western atypique gagne assurément à être redécouvert, le cinéaste s'y livrant à une entreprise de démystification du genre. L'action a pour écrin l'horizon vallonné du Montana en 1880, lorsqu'un riche propriétaire terrien, David Braxton (John McLiam), engage un "régulateur" excentrique, Robert Lee Clayton (Marlon Brando), pour imposer sa loi et éliminer les voleurs de chevaux. Et le tueur de trouver en Tom Logan (Jack Nicholson) et sa bande, qui utilisent un ranch voisin comme couverture, des cibles toutes désignées... Renouant avec le western après Le Gaucher et Little Big Man, Penn met en scène un Ouest en cours de mutation. Mais si l'on trouve dans Missouri Breaks une certaine mélancolie de circonstance, le réalisateur y ajoute des éléments de comédie plutôt inattendus, qui font de ce film un hybride fascinant sinon toujours convaincant -à l'image d'un Brando outrancier évoluant résolument en roue libre. Boîteux par endroit -le cinéaste lui-même nourrissait des sentiments ambivalents à l'égard du film, et du scénario de Thomas McGuane en particulier, comme il ressort de la passionnante interview audio proposée en bonus aux côtés d'une analyse critique et d'un portrait de Brando-, tiraillé entre ses registres multiples, le film n'en traduit pas moins une vision singulière, non sans dispenser un charme un brin rétro aussi auquel l'on succombe bien volontiers...