"Two Days in Chicago - Live"

Publié en 1998, le double Two Days in Chicago fait l'objet d'une réédition sous la forme de deux albums dont le second volet de l'original, baptisé Live, est le premier disponible. Si les savantes "liner notes" d'Art Lang ont été remplacées par un beau texte de Brian Morton, il ne comprend, par contre, aucun inédit. Misha Mengelberg entame sa prestation en solitaire avec un 'Round Midnight composé par son idole Thelonious Monk, dont il offre une version à la fois savante et espiègle, avant d'enchaîner sur une magistrale improvisation baptisée Chicago Solo. Il démontre avec ces deux sommets musicaux qu'à 63 ans, il dominait avec Cecil Taylor la hiérarchie pianistique de l'époque -cela incluant, en ce qui concerne cette dernière, ses alter ego, qu'ils se nomment Van Hove, Schlippenbach, Khün ou Solal. Rejoint par son compatriote Ab Baars (sax et clarinette) qui n'est malheureusement pas à la hauteur du maître, Mengelberg enchaîne trois autres titres en duo dont une impro, un délicieux Body & Soul et une composition de son cru nommée Rollo2. Capté à Chicago au Velvet Lounge, ce Live est un magistral témoignage du talent unique du pianiste hollandais qui, en 1964, se révéla aux côtés d'Eric Dolphy avec Last Date, album posthume du grand saxophoniste américain.

Hatology 7222 (Outhere).

8