"Flaneur"

Resté dans les tiroirs du label pendant dix ans, Flaneurs a été pourtant pourvu de ses notes de pochette (signées Brian Morton, co-auteur du défunt Penguin Guide to Jazz) dès l'année de son enregistrement. À la première écoute, on croit comprendre pourquoi: le saxoph...

Resté dans les tiroirs du label pendant dix ans, Flaneurs a été pourtant pourvu de ses notes de pochette (signées Brian Morton, co-auteur du défunt Penguin Guide to Jazz) dès l'année de son enregistrement. À la première écoute, on croit comprendre pourquoi: le saxophoniste (ténor, même s'il sonne parfois comme un alto) y joue, sur un tempo immuable, à peu de choses près, une mélopée au spleen (selon la définition baudelairienne) tenace et divisée en deux opus (intitulés First Walk et Second Walk) et huit sous-chapitres comprenant même un standard ( Offerings). Tout de même, sérieusement intrigué par les musiciens de renommée qui entourent Michael Adkins (connu de nos services mais jamais entendu à ce jour) comme le pianiste Russ Lossing, le contrebassiste Larry Grenadier et le batteur Paul Motian, augmenté du fait qu'ils ne se produisent pas avec n'importe qui en général, nous avons procédé à une seconde puis une troisième écoute (en prenant soin d'en augmenter le volume sonore) avant d'être réellement touché par le trait léger mais ferme de la musique et les dessins des paysages mentaux et des pensées intimes qu'elle délivre. Certes, cette musique reste, jusqu'à sa conclusion, cérébrale et intériorisée. Mais les nuances et les parfums qu'elle secrète enfin perçus, elle s'impose et séduit durablement.