"Any Human Friend"

Des débuts folk de Marika Hackman, il ne reste plus grand-chose. Sur son troisième album, la Londonienne étend toujours un peu plus sa palette, de l'indie p...

Des débuts folk de Marika Hackman, il ne reste plus grand-chose. Sur son troisième album, la Londonienne étend toujours un peu plus sa palette, de l'indie pop héroïque ( All Night, Conventional Ride, Come Undone) à des nuances plus synthétiques-new wave ( Blow). Mais plus encore que la couleur musicale, c'est l'humeur qui définit le mieux Any Human Friend. À l'image de la pochette (posant en chaussettes/culottes, un porcelet dans les bras), la musicienne manie l'humour pince-sans-rire avec un aplomb assez jouissif. Une manière pour elle de se mettre à nu, brutalement honnête dans ses récits d'amours déçus, de sexe queer et d'onanisme décomplexé (" petite mort/I'm a slave at your door" sur Hand solo). Toujours ça que le patriarcat n'aura pas...