En janvier 2012, au Mali, des milices islamistes, profitant de la rébellion touareg, imposaient la charia et interdisaient la musique. Impensable pour un pays aussi dansant et chantant que celui d'Amadou et Mariam et de Tinariwen. À travers le portrait et les pensées de quelques artistes du...

En janvier 2012, au Mali, des milices islamistes, profitant de la rébellion touareg, imposaient la charia et interdisaient la musique. Impensable pour un pays aussi dansant et chantant que celui d'Amadou et Mariam et de Tinariwen. À travers le portrait et les pensées de quelques artistes du cru, leur courage et leur étrange destin, Lutz Gregor raconte une Afrique bouillonnante, bienveillante, ouverte et plurielle. Fatoumata Diawara a fui son pays à 17 ans pour échapper à un mariage arrangé et n'y a jamais donné le moindre concert. Aujourd'hui, elle a accepté, pardonné, a acheté un terrain et fait construire. Elle chante même sur ses terres devant des femmes locales contre l'excision dont elle a été victime. Venu d'une célèbre famille de griots, ces musiciens conteurs, gardiens de la tradition, Bassekou Kouyate vit avec les siens dans un quartier pauvre de Bamako, par solidarité avec le peuple. Bamako, le musicien touareg Ahmed Ag Kaedi s'y est réfugié sans sa famille lorsque, au nord, les extrémistes ont bousillé ses instruments et ont menacé de lui couper les doigts. Lutz Gregor croise aussi la route de Master Soumy, musulman pratiquant qui questionne son islam en rappant et condamne les atrocités commises au nom de sa religion. Des images splendides aux couleurs incroyables, particulièrement de nuit, et des rencontres pas comme les autres pour crier que " la bouche est plus forte que les armes"...