En 2011, elle révélait Jennifer Lawrence à la face du monde dans Winter's Bone, drame tendu empruntant aux codes du thriller et inscrit en toute authenticité dans le décor âpre des monts Ozark, Missouri. Avec Leave No Trace, Debra Granik s'enfonce encore un peu plus loin dans le cadre sauvage de l'arrière-pays américain sur les traces à peine visibles d'un père, Will, et son adolescente de fille, Tom, tandem soudé devenu maître dans l'art de la débrouille et en rupture radicale avec la civilisation. Passé par Sundance, la Croisette et Deauville, le film n'a -antienne désormais tristement connue...- jamais trouvé le chemin des écrans belges, sa sortie en DVD faisant aujourd'hui office de séance de rattrapage royale. Invitée de la Quinzaine cannoise en mai dernier, Granik, cinéaste majeure des outsiders et des inadaptés du système US, y revenait pour nous sur la genèse de ce projet sincère et atypique: " L'idée même d'une existence qui se construit en dehors des conventions m'attire, c'est une thématique fascinante en soi. Pourquoi vivre dans la na...