"Je crois pouvoir sans honte serrer la main de tous mes personnages." La phrase peut sembler étonnante dans la bouche d'un acteur. Elle ne l'est pas vraiment quand elle émane de Lino Ventura. Le comédien qui a décliné un tas de rôles mar...

"Je crois pouvoir sans honte serrer la main de tous mes personnages." La phrase peut sembler étonnante dans la bouche d'un acteur. Elle ne l'est pas vraiment quand elle émane de Lino Ventura. Le comédien qui a décliné un tas de rôles marquants dans des projets à succès a toujours eu soif de dignité. Le documentaire de Philippe Kohly raconte l'improbable destin d'Angiolino Pasquale et de ses 70 films. Souvent flic, tour à tour homme traqué qui doit sauver sa peau et voyou qui se fait justice... Ventura n'est apparu pour la première fois à l'écran qu'à 34 ans. Rythmé et pimenté par les interventions de Jean-Pierre Melville, Claude Pinoteau, Jean Gabin, Michel Audiard, La Part intime s'étend largement sur le début de sa vie. La naissance à Parme, l'exil à Montreuil dans un logement insalubre sans eau ni électricité. Puis le boulot à neuf ans et tous les petits métiers (groom, mécanicien, livreur, représentant, vendeur de journaux...) Avant de devenir champion d'Italie et d'Europe de lutte gréco-romaine. De se lancer dans le catch où il est "L'Italien", champion des poids moyens. Un portait classique pour retracer un impensable destin.