Tous les indicateurs le confirment : 2010 est l'année du smartphone, d'autant que certains modèlent s'affichent à moins de 150 euros face à un haut de gamme gravitant toujours autour de 500 euros. C'est dans cette catégorie que l'on retrouve les dernières incarnations du Blackberry, du HTC Desire et bien évidemment du cultissime iPhone, qui s'entoure désormais de sérieux challengers.
...

Tous les indicateurs le confirment : 2010 est l'année du smartphone, d'autant que certains modèlent s'affichent à moins de 150 euros face à un haut de gamme gravitant toujours autour de 500 euros. C'est dans cette catégorie que l'on retrouve les dernières incarnations du Blackberry, du HTC Desire et bien évidemment du cultissime iPhone, qui s'entoure désormais de sérieux challengers. Du tactile partout. Si le design a toujours été important dans le choix d'un téléphone, lorsqu'on achète un smartphone, on s'intéresse plus aux capacités intrinsèques de la bête. Normal après tout pour un téléphone dit " intelligent ". La grande majorité d'entre eux sont désormais à écran tactile. Mais les aficionados du clavier physique ne seront pas déroutés pour autant : la plupart des smartphones haut de gamme présentant aussi un clavier coulissant sous l'écran. Seule concession si l'on opte pour ces 2 en 1 : une épaisseur et un poids supérieurs pour les appareils à clavier coulissant. Jeu de familles. Vous êtes plutôt Blackberry OS ou Windows Phone ? Rares sont les acquéreurs à raisonner en termes de système d'exploitation (OS). C'est lui pourtant qui permet d'accéder aux services et aux contenus des désormais célèbres applications mobiles. Mais aussi d'en accélérer et d'en fluidifier l'affichage à l'écran. Les smartphones se divisent ainsi en deux familles. D'un côté, les terminaux qui ne tournent qu'avec leur logiciel maison : iOS pour l'iPhone, Blackberry OS pour les Blackberry, Symbian pour Nokia,... De l'autre, les mobiles Android ou Windows Phone 7 portés par LG ou HTC. Car ni Google (hormis l'épisode Nexus) ni Microsoft ne fabriquent leurs propres terminaux. Quant à Samsung, il joue sur tous les tableaux avec un Omnia 7 sous Windows, un Galaxy S sous Android et des modèles Wave sous Bada, le système propriétaire de Samsung. En règle générale, il vaut mieux choisir un modèle dont le système d'exploitation est le plus récent, même si leur mise à jour s'effectue gratuitement et de manière transparente pour l'utilisateur. Certains smartphones sous Android n'intègrent ainsi pas encore la version la plus récente et donc la plus puissante du logiciel de Google. Interfaces simplifiées. Quel que soit le système, tous les mobiles ont adopté cette année des interfaces simplifiées et tournées vers les réseaux sociaux. Même chez Blackberry ! Microsoft de son côté innove totalement avec une présentation par " hubs ", sorte de carrefours qui agrègent de manière logique des applications, les services et les contenus disponibles par univers thématique. Le hub " Contacts " permet ainsi de suivre les flux Windows Live et Facebook, d'appeler des amis répertoriés dans son carnet d'adresses ou de leur envoyer des e-mails ou des SMS. Partout le nombre de manipulations pour accéder à la fonction souhaitée se réduit au minimum et les interfaces y gagnent en rapidité et en cohérence. Applis par milliers. Près de 300 000 sur l'AppStore d'Apple, près de 100 000 sur Android Market, même dans le très récent Marketplace de Microsoft, le nombre d'applis croît de façon exponentielle (voir le dossier du Vif du 12 novembre dernier). Et l'engouement pour ces petits programmes gratuits ou payants à télécharger ne se dément pas. Pratique, chacune des plates-formes répertorie désormais de façon plus claire ses nouveautés et ses best-sellers (convertisseurs de devises, jeux, dictionnairesà). Multimedia enrichi. Les capacités multimédias des derniers smartphones ne sont pas en reste. L'appareil photo avec capteur 5 MP se généralise (et atteint jusqu'à 12 MP), certains filment en HD (720p) et invitent à partager le contenu sur un écran télé, d'autres encore proposent une qualité audio très aboutie grâce au son surround. Mais gare aux attrapes nigauds marketingàCAPACITIF: écran réagissant à l'effleurement d'un doigt. Plus lumineux qu'un " résistif " qui nécessite une légère pression. ACCÉLÉROMÈTRE : capteur qui réagit aux mouvements. En pratique, détecte l'inclinaison horizontale ou verticale du téléphone pour s'afficher en mode paysage ou portrait. FROYO : dernière version (2.2) d'Android apportant une réactivité accrue. Entre autres nouveautés : un Market d'Apps amélioré et une navigation web élargie. MULTITÂCHE Possibilité d'exécuter plusieurs programmes ou applications de façon simultanée.SIMONA GOUCHAN