DOCUMENTAIRE DE ANTJE CHRIST.

7

En Europe, le tourisme urbain connaît une croissance fulgurante, dopée par des politiques de prix agressives, les vols low-cost et la facilité qu'offre internet aux particuliers de, partout, loger toujours plus de monde. Pour illustrer ce postulat, Antje Christ décortique Venise, Barcelone et Dubrovnik, villes qui, toutes, sont gangrenées par le même embarras d'effervescence. Chaque jour de l'année, d'incessants flots de touristes asphyxient chaque ruelle, chaque place de ces si prisées destinations. Combien de visiteurs une ville peut-elle accueillir avant de perdre son authenticité et son âme? Dépossédés de leurs cités, exaspérés par le vacarme et submergés par la foule, les habitants qui n'ont pas encore fui craignent pour l'avenir de leurs faubourgs. Hantés par la crainte fondée de ne plus pouvoir se permettre d'habiter les quartiers autrefois abordables, que la hausse des loyers a vidé de sa moelle si populaire. Comment la résistance s'organise-t-elle face aux désagréments de ces invasions quotidiennes? Comment les autorités locales gèrent-elles cette évolution? Et pourquoi, surtout, les caisses municipales restent-elles désespérément vides? C'est que ce marché, forcément juteux, est exposé aux agissements les plus obscurs, perdu qu'il est dans les méandres de la corruption et des intrigues politiques. Les multinationales financières, qui appuient les privatisations à tour de bras, ne se soucient nullement des effets négatifs de leur cupidité spéculative et bafouent, à coups de millions, tout autant la qualité de vie que le respect de l'écosystème. Dans cette soirée dédiée à "La grande menace du tourisme", nous constaterons dans le reportage de 21h45, "Tourisme et terrorisme", qu'à l'inverse, suite aux récentes et sanglantes ruades terroristes qui les ont heurtés, les pays du monde arabo-musulman souffrent d'une inexorable désertion de voyageurs. S'installe un cycle sans fin où chômage, sécurité exacerbée et répression sauvage fragilisent un peu plus chaque jour une société qui tente tant bien que mal de se relever. Si la thématique est la ville, c'est bien l'homme qui reste au centre des débats.

M.U.