Octobre 1949, Mao proclame l'avènement de la République populaire de Chine et devient un emblème qui dépasse allègrement les frontières. De partout, de jeunes idéalistes débarquent afin de contribuer à bâtir son empire fantasmé. Cette poignée d'étrangers qui adhère à sa doctrine, vitrine rêvée de la nouvelle ouverture, se voit un temps confier des postes en vue et bénéficie des largesses d'un régime en perpétuelle propagande. Ces aventuriers, débarqués à une période on ne peut plus tumultueuse, verront leurs enfants pris dans la tourmente de la révolution culturelle initiée par le Grand Timonier. Alors qu'il s'appuie sur de jeunes exaltés, maoïstes convaincus et endoctrinés depuis l'enfance, le pays sombre dans l'hystérie collective. Dénonciations, humiliations et violence dévastent un quotidien en forme de guerre civile. Les quelques pionniers, soudainement entrevus comme des ennemis d'État, furent accusés et emprisonnés sous des prétextes fantoches. Une tragédie qui fut, jusqu'ici, absente du grand livre de l'Histoire chinoise. C'est ce chapitre que tente d'écrire Naoki Yonemoto au travers d'un documentaire aussi éclairé qu'instructif, ponctué des souvenirs encore vifs de ces expatriés. Un motif à peine voilé pour exhumer autrement ce dramatique épisode qui n'eut de "révolutionnaire que le nom et de culturel que le prétexte".

Documentaire de Naoki Yonemoto.

7