" Si nous investissons dans la réduction des gaz à effet de serre, dans la prévention des catastrophes et dans l'adaptation aux changements climatiques, estime un spécialiste, le nombre de réfugiés sera certes considérable mais il res...

" Si nous investissons dans la réduction des gaz à effet de serre, dans la prévention des catastrophes et dans l'adaptation aux changements climatiques, estime un spécialiste, le nombre de réfugiés sera certes considérable mais il restera limité. Si nous ne faisons rien, ce seront des millions, voire des centaines de millions de personnes qui devront fuir." Sécheresses, inondations, ouragans... Quartiers et maisons grignotés par la montée des eaux, lacs asséchés (le lac Tchad, quatrième plus grande réserve d'eau douce d'Afrique, a perdu en 40 ans 90 % de sa surface) et récoltes dévastées... À l'horizon 2050, beaucoup (personne ne sait encore combien) devront tout abandonner, quitter leur chez-soi et en trouver un autre, chassés par les effets d'une nature déréglée. Du Sahel à la Sibérie en passant par l'Indonésie, le documentaire de Thomas Aders constate et se projette. Luttera-t-on pour l'eau et l'air? Jusqu'à quel point devra-t-on modifier notre mode de vie? En sera-t-on seulement capables? Un docu sobre mais particulièrement interpellant, avec des images -réalisées sans trucages- parfois dignes de Game of Thrones...