Marc Hollander a 60 ans, soit 5 décennies de musique dans les gênes, comme musicien -entre autres au sein des Tueurs de la lune de miel-, producteur et patron de maison de disques. " Même dans les sixties, il y avait différentes choses, la pop était déjà irriguée par les musiques indiennes ou africaines, déposant des alluvions dans le fleuve principal. Expliquer l'éclectisme indécrottable de Crammed, c'est rappeler que la Belgique est un pays sans culture musicale dominante. Surtout, on vit dans un mode oc...

Marc Hollander a 60 ans, soit 5 décennies de musique dans les gênes, comme musicien -entre autres au sein des Tueurs de la lune de miel-, producteur et patron de maison de disques. " Même dans les sixties, il y avait différentes choses, la pop était déjà irriguée par les musiques indiennes ou africaines, déposant des alluvions dans le fleuve principal. Expliquer l'éclectisme indécrottable de Crammed, c'est rappeler que la Belgique est un pays sans culture musicale dominante. Surtout, on vit dans un mode occidental qui donne toujours l'impression d'innover. C'est la même chose d'un point de vue technique, économique, marchand: il faut toujours stimuler la vente, la musique fonctionne aussi comme cela (sourire). " Le " mélange", c'est avoir beaucoup de racines ou ne pas en avoir, selon Marc, méfiant des classements: " Les musiques du monde, par exemple, sont un fourre-tout: en Angleterre, la pop française est classée dans ces bacs-là! Phénomène plus récent, non contentes d'essaimer dans la pop, ces musiques ont, à leur tour, été irriguées par l'électronique: quand on sort une compilation de kuduro, style pratiqué en Angola et au Cap-Vert, les magasins -enfin ceux qui restent...- la rangent dans la world music alors que c'est une musique de club qui atteste des allers-retours entre l'Occident et le reste du monde." Les musiques voyagent et fabriquent de nouvelles espèces aux escales, comme la rumba partant de La Havane et arrivant au Congo avec les colons, pour mieux repartir ensuite dans le monde entier. " La musique est multipolaire par nature, il y a toujours eu des poches, des niches et des clans, mais aujourd'hui, tout est beaucoup plus poreux, même si dans les tags d'iTunes, tu es obligé de mettre un genre! La musique, tout comme Crammed, a besoin de prendre l'air! Je pense aux petits jeunes de Micachu & The Shapes, 3 Anglais qui customisent leurs propres instruments." Marc pense aussi à la compilation qui sortira chez Crammed fin octobre ( Tradi-Mods vs Rockers): des artistes de la scène indie rock, comme les Micachu, CocoRosie et Animal Collective, reprennent du Konono, du Kasai All Stars et du Congotronics! " L'hybridation ne suffit pas, il faut aussi du talent, sinon les hybrides accumulent les défauts des parents! Le truc qui m'intéresse, c'est la notion d'identité: ces gens qui se créent une identité composite, est-ce une fuite ou est-ce reconnaître qu'on est au confluent de toutes sortes de choses? Je suis un peu effrayé par ce repli identitaire national qui n'est qu'une bouée. On a tous des origines mélangées, l'identité multiple, c'est simplement la réalité. " u www.crammed.bel Ph.C.