Qui, gamin, n'a pas rêvé de construire une fusée pour explorer les astres, voler en avion pour atteindre l'autre côté de la Terre ou rouler dans la voiture la plus rapide du monde avant ses dix ans? Les cavaliers de l'apocadispe l'ont fait! Trois kets qui ont la fâcheuse tendance de confondre jeux vidéo et réalité dépensent une énergie dingue à réaliser leurs rêv...

Qui, gamin, n'a pas rêvé de construire une fusée pour explorer les astres, voler en avion pour atteindre l'autre côté de la Terre ou rouler dans la voiture la plus rapide du monde avant ses dix ans? Les cavaliers de l'apocadispe l'ont fait! Trois kets qui ont la fâcheuse tendance de confondre jeux vidéo et réalité dépensent une énergie dingue à réaliser leurs rêves. Intrépides (inconscients?), ils affrontent les conséquences de leur imagination (bêtise?) débordante qui, avec une solide dose de malchance, les conduisent invariablement à la catastrophe. Exécrant l'école, ils prennent comme prétexte un devoir, une sortie encadrée ou une visite au musée pour réaliser une machine infernale qui leur permettra d'échapper au quotidien scolaire en ne maîtrisant absolument pas la situation. Animal Lecteur est mort; vive Les cavaliers de l'apocadispe! Après avoir décrypté sous toutes ses formes le métier de libraire, Libon, au scénario et au dessin, s'attaque au monde de l'enfance. De manière moins classique que ses contemporains, il pousse le bouchon du non-sens décisionnel le plus loin possible. De plus, si ces trois lascars ont le chic pour prendre chaque fois le mauvais chemin, les adultes qui les entourent ne sont jamais en reste de foirage total pour masquer leur incompétence, leurs phobies ou leurs a priori. Libon fait traverser à ses petites créatures anthropomorphes s'agitant comme des marionnettes toute la palette des expressions humaines pour la plus grande joie de nos zygomatiques mis à rude épreuve. Débuté avant sa précédente et défunte série, Les cavaliers de l'apocadispe n'avait, en dix ans, jamais fait l'objet d'un véritable album. Voilà chose faite, en souhaitant à cette excellente série plus qu'un succès d'estime auprès des petits... et des grands.