De Nabil Ben Yadir. Avec Nader Boussandel, Mourade Zeguendi, Monir Ait Hamou. 1 h 46. Dist: Twin Pics.
...

De Nabil Ben Yadir. Avec Nader Boussandel, Mourade Zeguendi, Monir Ait Hamou. 1 h 46. Dist: Twin Pics. Au succès critique s'est ajoutée l'adhésion d'un public nombreux. A défaut de conquérir le marché étranger (malgré une sortie française porteuse d'espoirs), Nabil Ben Yadir et ses Barons furent prophètes en leur pays, réunissant les spectateurs par-delà leurs origines, pour le meilleur et pour le rire. Un cinéaste autodidacte, et issu de l'immigration, a donc signé la meilleure comédie populaire et sociale belge depuis le merveilleux Home Sweet Home du regretté Benoît Lamy (1973). Ben Yadir a grandi dans le quartier de Molenbeek où évoluent les personnages de son film, ceux-là même qui se proclament ouvertement "barons". Ces jeunes belgo-marocains pensent que nous n'avons tous qu'un certain nombre de pas (fixé à la naissance) à poser avant de mourir, et ils s'économisent en conséquence. Hassan en fait partie, mais il voudrait cesser de glander et devenir comédien humoriste, racontant sur scène la réalité du quartier, comme a pu le faire un Jamel Debbouze en France. Mais cette ambition, cette "évasion", sera vue comme une désertion par son pote Mounir, qui finira par y réagir avec violence... Comment le quartier, la communauté, vit, nourrit, mais aussi bride et retient ses membres dans le confort illusoire d'un chez soi ignorant le monde extérieur, ses richesses humaines et ses nécessaires défis, le film de Nabil Ben Yadir le raconte avec beaucoup de verve, d'humour et de tendresse. Mais aussi un regard critique qui n'épargne personne, notamment quand il évoque la condition des femmes dans une communauté aux traditions parfois emprisonnantes. Remarquablement écrit, Les Barons bénéficie d'une interprétation sans faille, et d'une mise en images toujours soignée, souvent très créative, parfois traversée d'inspirations superbes. Ce sens du style, de la forme, s'ajoute à la pertinence d'un traitement scénaristique où l'humour, omniprésent, n'empêche pas les questions les plus cruciales posées aux habitants des "quartiers" de se voir abordées, sans complaisance ni faux-semblants. " Si tu ne tapes pas sur tout le monde, tu ne tapes sur personne!", constate Nabil Ben Yadir, qui n'a que modérément apprécié le fait que certains jeunes spectateurs font leur héros de Mounir plutôt que d'Hassan, et applaudissent au passage à tabac du second par le premier... " Mounir, s'il était blanc, ce serait un mec de droite!", lâche le réalisateur dans le plus intéressant supplément du DVD, La Tournée des Barons, un documentaire suivant au jour le jour la promotion du film par son créateur et ses interprètes. Un bêtisier vraiment rigolo, un clip musical, des commentaires audio éclairants, enrichissent une édition digitale qui a la très bonne idée d'offrir le CD de la bande originale due à Imhotep (du fameux groupe de rap marseillais IAM). On signalera la participation de... la STIB au DVD, sous la forme d'un dépliant publicitaire. BMW, lui, s'est abstenu, jugeant peut-être que de voir un de ses véhicules partagé par une petite dizaine de Barons ne donnait pas une image idéale de la marque... l CONCOURS 10 DVD des barons à remporter. rendez-vous dans notre section focus factory sur www.focusvif.beLouis Danvers