Du 5 au 8 juillet

Lors de leurs dernières éditions, les Ardentes ont fait le pari de changer radicalement leur orientation musicale, en braquant leurs projecteurs sur le hip-hop. On le sait aujourd'hui: le risque a été largement payant. L'an dernier, quelque 80 000 personnes ...

Lors de leurs dernières éditions, les Ardentes ont fait le pari de changer radicalement leur orientation musicale, en braquant leurs projecteurs sur le hip-hop. On le sait aujourd'hui: le risque a été largement payant. L'an dernier, quelque 80 000 personnes ont rejoint Coronmeuse durant les quatre jours de festival -un record si l'on met de côté l'édition anniversaire qui s'était étalée sur un jour de plus. Pas de raison donc de changer une formule qui gagne. Si elles ont encore gardé l'une ou l'autre grosse cartouche non hip-hop (Massive Attack, Young Fathers, Ibeyi), les Ardentes ont à nouveau raflé à peu près tous ceux qui ont fait les gros titres de l'actualité hip-hop de ces derniers mois, avec une affiche au pedigree impressionnant. Que cela soit au niveau des stars ricaines (de Migos à Playboi Carti, en passant par les têtes à claques SoundCloud type 6ix9ine ou Lil Pump), ou, surtout, des cadors francophones: stars d'hier (NTM, MC Solaar) et d'aujourd'hui (Orelsan, Damso, Vald), rappeurs "explicites" (Alkpote) ou plus familiaux (Bigflo et Oli), ambianceurs d'ici (JeanJass & Caballero, le 77) et d'ailleurs (Niska, Kalash).