On en manque tous cruellement. Même en rognant sur le sommeil, une journée ne suffit plus pour caser tout ce qu'on doit, veut ou voudrait faire. Le temps semble avoir rétréci au lavage de la postmodernité. D'où cette impression d'urgence permanente, comme si notre époque était enchaînée à un tapis roulant dont la cadence augmentait chaque jour d'un cran. Les scientifiques sont pourtant catégoriques: l'échelle du temps n'a pas changé. Une heure est toujours une heure, à la seconde près.
...