Gainsbourg, l'homme qui aimait les femmes
...

Gainsbourg, l'homme qui aimait les femmes DOCUMENTAIRE DE PASCAL FORNERI. 8 L'histoire de Serge Gainbourg est celle d'un homme qui "aimait faire chanter les femmes, murmurer les chanteuses et naître les jeunes filles en fleur." Quand ce n'était pour lui, Lucien Ginsburg n'écrivait d'ailleurs presque exclusivement que pour elles. Les Françoise Hardy et les Isabelle Adjani, les Anna Karina et les Mireille Darc, les Greco et les Barbara, les France Gall et les Vanessa Paradis. Puis évidemment les trois B: Bardot, Birkin et Bambou... C'est donc par ce bout, féminin, de la lorgnette que Didier Varrod et Pascal Forneri tirent le portrait de l'homme à tête de chou dans cet impeccable documentaire de 2010. "J'ai fait un calcul très simple. Mathématique. Je fais douze titres moi, douze titres élaborés, précieux. Sur ces douze titres, deux passent sur les antennes. Et les dix autres sont parfaitement ignorés. J'écris douze titres pour des interprètes différents et les douze sont des succès."Toutes sont là pour raconter l'amoureux souvent blessé, l'artiste à muses et le pygmalion, le misogyne romantique, l'éternel provocateur et le père strict, le timide bien élevé et l'esthète cynique... Mais, et c'est l'une des brillantes idées de ce documentaire, uniquement en images d'archives et/ou en voix off. Procédé astucieux qui évite les ravages du temps. Nous épargne la confrontation des visages d'hier et d'aujourd'hui. Et se prête finalement très bien au ton de la confidence. "Il y a une lassitude de l'alcool. De 6 heures du matin. Quand il n'arrive pas à mettre sa clé dans la porte, confie notamment Jane Birkin au sujet de son départ. Puis, il y avait sans doute un désir d'être vu pour vous. Parce que c'était toujours lui le chef. Et il n'en avait plus rien à foutre de ce que je pensais moi." Le provocateur, l'incompris, le tailleur pour dames, l'amoureux, l'homme blessé... Ce documentaire à la fois personnel et très musical d'une heure et demie brosse en sept tableaux le portrait intime, fin et touchant d'un homme insaisissable. "Les femmes m'ont fait souffrir. Les séducteurs se font jeter. Et je me suis fait jeter. J'en ai pris plein la gueule dans ma vie. C'est pour ça que mes chansons sont aussi agressives", résume Gainsbourg. "Prévoir ses sentiments serait d'une grande hardiesse, d'une grande témérité." (...) "Toutes mes chansons sont des chansons d'amour négatives. Fuir le bonheur de peur qu'il se sauve." Gainsbourg For Ever. JULIEN BROQUET