EXPOSITION COLLECTIVE, DE MARKTEN, 5 RUE DU VIEUX MARCHÉ AUX GRAINS, À 1000 BRUXELLES. DU 09/02 AU 26/03.

Bête peu fiable, voire carrément retorse, pour les uns; animal exemplaire en raison de son goût de l'indépendance pour les autres... le chat fait débat. Pour se rabibocher, rien de tel que relire Le Chat qui s'en va tout seul, l'admirable conte de Rudyard Kipling qui explique pourquoi ce farouche solitaire n'en fait qu'à sa tête. En confiance ou pas, on ne peut que constater l'engouement que ce félin semi-domestique suscite autour de lui, s'exposant à longueur de réseaux sociaux. Bien sûr, on connaît la ferveur populaire qui se déniche à peu de frais au Tom&Co du coin -l'arbre à chats, nouveau totem animiste des intérieurs sacrifiés- mais il existe également des dévotions plus sophistiquées. Ainsi de celle de Françoise Baronian, épouse du célèbre galeriste Albert Baronian. À partir d'une passion héritée de son père, l'intéressée s'est constitué une collection en béton dont la thématique gravite autour de cet élégant à babines. Ficelées sous le nom de Musée du chat -espérons que le gars Geluck ne sorte pas les griffes-, les oeuvres amassées font valoir des signatures prisées: Walter Swennen, Alain Séchas, David Claerbout, Eric Croes, Fischli et Weiss, Marcel Broodthaers, Douglas Gordon, Hugues de Wurstemberger, Otto Zitko... Bref, du beau monde. La bonne nouvelle, c'est que ce corpus -des peintures, sculptures, dessins, bijoux, vidéos, installations...- n'intéressera pas que les "cat lovers", il fera également mouche auprès des amateurs d'art contemporain. D'autant plus que l'accrochage est enrichi d'oeuvres d'artistes invités, là aussi non des moindres, de Chris Marker à Araki, en passant par Jonathan Monk. "À Pif-le-chien, toujours nous préférerons Félix-le-Chat, à Rintintin Fritz-le-Chat, à Mickey Mouse le Chat de Chester", écrit Xavier Canonne, directeur du Musée de la photographie de Charleroi où se déplacera ultérieurement l'exposition. Vu comme ça, cela ne fait aucun doute.

WWW.DEMARKTEN.BE

M.V.