Grâce à une polyphonie formelle notablement maîtrisée, Josephine Rowe redonne une épaisseur tragique et poétique au syndrome post-traumatique, rhizome nocif touchan...

Grâce à une polyphonie formelle notablement maîtrisée, Josephine Rowe redonne une épaisseur tragique et poétique au syndrome post-traumatique, rhizome nocif touchant chaque membre d'une famille à l'aube des années 90. Jack, vétéran du Viêtnam, est rentré avec " la guerre nichée en lui telle une maladie latente, cancériforme, nichée au niveau des cellules". Ruby, la cadette, sait que la tête de son père est " un piège à fantômes". Lani, l'aînée, ne pense qu'à s'arracher de là. Evelyn regrette le temps des bikinis: elle ne devait pas y rattraper coûte que coûte ce mari qui fuit(e). Quels pourront être les appels d'air de celles qui subissent? On tient là un premier roman marquant et une voix à suivre!