D'emblée, les auteurs nous préviennent dans l'introduction que tout ce qui suit est vrai, qu'ils prennent des risques, que tout sera fait pour les dénigrer et les faire taire. Il est donc conseillé à ceux à qui le danger fait peur de ne pas poursuivre la lecture de cette chronique car il y sera révélé des faits classés "top secret" ainsi que le véritable nom des pro...

D'emblée, les auteurs nous préviennent dans l'introduction que tout ce qui suit est vrai, qu'ils prennent des risques, que tout sera fait pour les dénigrer et les faire taire. Il est donc conseillé à ceux à qui le danger fait peur de ne pas poursuivre la lecture de cette chronique car il y sera révélé des faits classés "top secret" ainsi que le véritable nom des protagonistes, les exposant ainsi à d'éventuelles représailles. Les autres apprendront que le boulot des anciens présidents de la République française commence réellement après leur mandat. En intégrant le Ministère secret, ils devront faire face à de telles menaces que, si la population était au courant, elle ne dormirait pas. Autre étrangeté: au Ministère secret, Nicolas Sarkozy et François Hollande travaillent main dans la main. Oubliées les vieilles querelles! À deux, ils tentent de recruter Yaacov Kurtzberg, un géant de pierre, super-héros américain, pour étoffer leur équipe. Mais ils ne sont pas les seuls. L'invincible Kurtzberg a également été approché par les ninjas de la Porte Verte d'un côté et par les lézards amateurs de grimage et adeptes du Grand Écailleux de l'autre. Vous y croiserez également Poutine, le prince Albert de Monaco et même Greta Thunberg... Le tout est révélé par Mathieu Sapin qui, tel un Tintin des temps modernes, devient témoin et bientôt acteur des événements extraordinaires qui se déroulent sous ses yeux. Prépublié dans Spirou, Le Ministère secret mêle tous les niveaux de lecture. Les gamins y trouveront leur compte dans des scènes d'action improbables et des répliques délicieusement crétines. Les adultes y chercheront les clins d'oeil à la pop culture de leur jeunesse. Bref, du pur Mathieu Sapin dans lequel Sfar renouvelle son stock de (très) bonnes blagues.