Comment ne pas vibrer aux accents profonds et poignants de la musique signée Georges Delerue? Comment ne pas admirer, même après plusieurs visions, l'adaptation très personnelle, par Jean-Luc G...

Comment ne pas vibrer aux accents profonds et poignants de la musique signée Georges Delerue? Comment ne pas admirer, même après plusieurs visions, l'adaptation très personnelle, par Jean-Luc Godard, du grand roman d'Alberto Moravia? Comment ne pas être fasciné par la descente aux enfers du jeune couple formé par Brigitte Bardot et Michel Piccoli, sur fond d'univers cinématographique, de pouvoir hollywoodien et de compromissions? Comment enfin ne pas s'émouvoir de la présence (dans son propre rôle) de l'immense cinéaste qu'est Fritz Lang (le réalisateur de Metropolis et de M le maudit)? Le Mépris est un très grand film, à la fois beau et amer, un des meilleurs de son auteur avec Pierrot le fou, À bout de souffle et Bande à part. Dans les décors naturels d'un Capri écrasé de soleil, la magie opère toujours, plus d'un demi-siècle après la sortie de ce chef-d'oeuvre.