PRÉSÉNTé PAR MAUREEN LOUYS.
...

PRÉSÉNTé PAR MAUREEN LOUYS. L'estampille lui colle tant au front qu'elle en masquerait presque ses petits yeux asymétriques: Stéphane Guillon, c'est presque uniquement l'humour noir en France, et en France, l'humour noir, c'est quasi seulement Stéphane Guillon. Erigé depuis plusieurs années en apôtre de la vacherie, le comédien parisien fait la tournée des chaumières pour répandre la venimeuse parole, sorte de fond de commerce pas toujours bien assumé, même s'il fait régulièrement office de salutaire bouffée d'insoumission. Trouver un article le concernant où les qualificatifs "corrosif", "cruel" ou "caustique" n'apparaissent pas tient de la gageure. Ces lignes en sont la preuve... Cela dit, Guillon n'est pas toujours drôle, il est parfois simplement provocant. Il met mal à l'aise, danse sur la corde et a manifestement décidé de rire de tout, de n'importe quoi, mais pas n'importe comment - tout en petites phrases assassines. Curieusement - ou non -, ce quadra bon teint sort tout droit d'une maternité de... Neuilly-sur-Seine, ville de banlieue atteinte de sarkozite aigüe depuis 1983. Guillon avait alors 20 ans. Sarkozy, l'humoriste le qualifie justement dans son spectacle (retransmis en 2 parties par La Deux), capté en décembre 2006 au Palais des Glaces, d' "homme politique lilliputien". Avec son En avant la musique, le chroniqueur de France Inter et de Canal+ prête ses traits à divers personnages inégalement réussis, mais forcément tranchants. "Ma s£ur est morte il y a 3 jours." "Elle fumait?" "Au crématorium, oui!", pique celui qui, entre l'une ou l'autre dispensable mimique à la Roland Magdane, rentre dans le lard du politiquement correct: souvenons-nous, en 2006, on est encore dans l'élan du débat sur la liberté d'expression - notamment via l'affaire des caricatures de Mahomet et le débat sur Dieudonné - et sur les restrictions supposées des libertés individuelles. A l'instar d'un Christophe Alévêque, Stéphane Guillon a mal à ses blagues sur les homosexuels, les Arabes, les Juifs, les écolos, les vieux, les pros bio ou les bars-tabacs sans tabac. Une posture encore relativement subversive à cette époque, mais qui s'est muée au fil du temps en lieu commun un peu cheap. l Guy Verstraeten