Les selfies et les médias sociaux ont aidé le FBI à identifier une foule d'assaillants -non masqués- du Capitole de Washington, le 6 janvier dernier. Regroupant 6 000 visages liés à cet événement, le site web Faces ...

Les selfies et les médias sociaux ont aidé le FBI à identifier une foule d'assaillants -non masqués- du Capitole de Washington, le 6 janvier dernier. Regroupant 6 000 visages liés à cet événement, le site web Faces of the Riot ajoute une sacrée pièce à ce dossier. Un étudiant anonyme a ainsi utilisé une IA douée de machine learning (en open source) pour passer au crible 827 vidéos et isoler des faciès. Piratées sur Parler, réseau social plébiscité par la droite radicale américaine, ces séquences géolocalisées avaient été fournies à Faces of the Riot par Kyle McDonald, artiste numérique californien lui-même critique envers la reconnaissance faciale. Défendre la démocratie avec des méthodes totalitaires? Faces of the Riot crée le malaise d'autant que tous les manifestants en rue n'ont pas forcément forcé l'entrée du Capitole, ni même approuvé son assaut. Le créateur du site espère toutefois que des dénonciations au FBI s'accéléreront. 2021, l'année où la reconnaissance faciale de masse n'est plus l'apanage d'une élite savante et puissante...