Bérengère Cournut n'a pas un profil courant dans le paysage de la littérature française. Lectrice d'Henri Michaux et Blaise Cendrars, elle fait dans le roman qui emporte, le voyage géographique ou onirique -le déplacement. En 2017, après déjà plusieurs livres, celle qui fut un temps la secrétaire particulière du traducteur Pierre Leyris publiait Née contente à Oraibi. Le livre, qui suivait l'apprentissage d'une adolescente amérindienne, lui avait été inspiré par un séjour en Arizona chez les Hopis. De pierre et d'os met aujourd'hui le cap sur l'Arctique, territoire millénaire des populations inuites. Suite à une rupture de banquise, Uqsuralik est abruptement séparée de ses pa...