Jusqu'au 27 janvier.
...

Jusqu'au 27 janvier. D'Angoulême, le grand public ne retient généralement que le nom des dessinateurs primés par les différents jurys. C'est ballot. Le festival est, avant tout, l'occasion de rencontrer des auteurs et leurs £uvres autrement qu'en faisant la file lors des séances de dédicaces. Ainsi, il n'y a que dans la cité de Charente que l'on peut assister à des concerts de dessins. Sur un concept inventé par le dessinateur Zep, chaque performance permet aux spectateurs de découvrir la création d'une bande dessinée exécutée par un collectif d'une dizaine d'auteurs. Filmées, leurs interventions sont projetées sur un écran géant et soutenues par un accompagnement musical. Jouée en direct, la bande son vient amplifier la dramaturgie de l'histoire. Cette année, la musique sera inspirée de l'univers sensuel du tango, pour rendre hommage au président du jury, l'Argentin José Muñoz. Plus surprenant, et largement plébiscité par le public lors de la première édition en 2007, l'Impro BD est à la croisée de la bande dessinée et des arts de la scène. Sur le principe des matches d'improvisation théâtrale, le dessinateur, soutenu par les comédiens de son équipe, doit se lancer dans des improvisations graphiques sur une thématique définie par un arbitre. De son côté, le public est vivement encouragé à manifester son enthousiasme ou sa désapprobation. En tête d'affiche cette année, on annonce une joute entre la rédaction du magazine Fluide Glacial et celle de l'hebdomadaire Spirou. Pour la seconde année consécutive, le festival s'ouvre avec les 24 heures de la bande dessinée. Une autre manifestation originale. Sur base de la création sous contrainte imaginée par l'Américain Scott McCloud, ce marathon graphique consiste à réaliser 24 pages d'une BD en 24 heures. Afin que les dessinateurs ne puissent pas préparer le travail à l'avance, une contrainte est révélée au dernier moment. Lors de la précédente édition, comme il neigeait abondamment sur Angoulême, la première et la dernière case du récit devaient inclure une boule de neige. Mise en ligne sur Internet au fur et à mesure de leur réalisation, les planches peuvent di- rectement être commentées par les internautes. En 2007, ils ont été plus de 32 000 à suivre le challenge. Cette année, en plus des 24 dessinateurs présents à la Maison des Auteurs d'Angoulême, les créateurs de la formule ont imaginé une interface en ligne pour accueillir, à distance, quantité d'autres auteurs professionnels, mais aussi des amateurs prêts à relever le défi. www.bdangouleme.com www.24hdelabandedessinee.com Vincent genot