Aucun autre cinéaste français, même l'excellent Jacques Becker, n'aura mis en scène le milieu criminel avec l'éloquence de Jean-Pierre Melville. Du Deuxième Souffle (1966) à Un flic (1972) en p...

Aucun autre cinéaste français, même l'excellent Jacques Becker, n'aura mis en scène le milieu criminel avec l'éloquence de Jean-Pierre Melville. Du Deuxième Souffle (1966) à Un flic (1972) en passant par Le Samouraï (1967) et Le Cercle rouge (1970), le grand réalisateur disparu à 55 ans seulement aura signé quelques sommets parfaitement fascinants entre polar tendu et film de gangsters. Le premier de la série date de 1962 et tire son titre d'un mot d'argot désignant un chapeau... Mais aussi un indicateur de la police. Il est bien question de "balance" dans ce récit centré sur un ex-détenu reprenant la voie du crime et son meilleur ami soupçonné de renseigner les flics. Le tandem Serge Reggiani/Jean-Paul Belmondo joue juste et bien dans une adaptation très personnelle et réussie d'un roman de Pierre Lesou, paru dans la fameuse collection Série noire.