C'était un curieux personnage, ce John C. Van Dyke. Historien de l'art américain qui conspuait le culte de l'argent mais entretenait des relations étroites avec le milliardaire du fer Andrew Carnegie, voyageur cosmopolite soucieux des beautés les plus fragiles du monde mais refusant tout autre moyen de transport qu'un wagon Pullman, il incarnait à merveille les contradictions du savant et du penseur de la fin du XIXe s...