DE MARCO BALZANO, EDITIONS PHILIPPE REY, TRADUIT DE L'ITALIEN, 233 PAGES.

8

Le récit commence dans un village sicilien, misérable et sans espoir d'avenir. Aussi n'est-il pas rare d'envoyer les garçons âgés de dix à treize ans vers le Nord, dans le triangle Gênes-Turin-Milan, régions émergentes où les boulots sont légion au début des années 60. C'est ainsi que Ninetto se retrouve, à neuf ans, avec des travailleurs adultes, rustres, dont la crasse et la faim torturent le quotidien. De garçon de courses, il devient petite main sur les chantiers en attendant de pouvoir entrer à l'usine Alfa Roméo où il passera 32 ans. Mais il est différent des autres, il a été profondément marqué par son instituteur qui lui a instillé le virus de la poésie, véritable remède dans ses longs moments de solitude et de désillusion. Aujourd'hui, Ninetto a 57 ans. Incarcéré, il dresse le parcours de sa vie, avant de pouvoir être relaxé quelques jours plus tard. Même si son épouse l'a attendu, il sera toujours l'étranger, celui qui a été empêché d'être ce qu'il voulait. Roman de l'émigration enfantine dans l'Italie des années 60, récit d'un homme brisé par la réalité sociale qui l'a fait grandir trop vite, témoignage douloureux d'un homme incompris, autant de facettes qui font de Le Dernier Arrivé un roman de l'absurde, raconté dans un langage simple, celui de Ninetto.

M-D.R.