Avec An Elephant Sitting Still, son premier long-métrage, Hu Bo posait un geste cinématographique unique, dans tous les sens du terme d'ailleurs, le jeune artiste chinois se suicidant peu après en avoir achevé la post-production. OEuvre hors-normes, par sa durée proche de quatre heures, mais plus encore par son accomplissement esthétique, le film nous emmène dans une ville postindustrielle du nord de la Chine que semble baigner une brume perpétuelle, en prolongement au marasme s'étant emparé des choses comme des êtres. Et où, seule lueur dans ce morne horizo...