Le dernier compte à rebours de Jack Bauer débute ce lundi 20 septembre sur Be TV ( lire aussi page 56). Une ultime saison de 24 heures chrono en forme de bras d'honneur: l'agent antiterroriste explose, et envoie balader tout ce en quoi il a longtemps cru. Détonateur: la mort d'un être cher -celle de trop. "C'est une question d'accumulation", nous explique Howard Gordon, producteu...

Le dernier compte à rebours de Jack Bauer débute ce lundi 20 septembre sur Be TV ( lire aussi page 56). Une ultime saison de 24 heures chrono en forme de bras d'honneur: l'agent antiterroriste explose, et envoie balader tout ce en quoi il a longtemps cru. Détonateur: la mort d'un être cher -celle de trop. "C'est une question d'accumulation", nous explique Howard Gordon, producteur exécutif de la série. "Une accumulation de trahisons et de traumatismes. Il ne veut pas seulement se venger de cette mort. Il veut surtout qu'on paye pour tout ce qu'il a sacrifié tout au long de ces années. Il a perdu la foi en tout ce pourquoi il se battait." Avant de craquer, Jack aura quand même dû sauver une nouvelle fois le monde d'une menace terroriste qui mettait en péril l'équilibre géopolitique mondial. Mais si 24 heures chrono est une fiction à suspense, mêlant coups de poing et coups bas dans les antichambres politiques, il s'agit surtout d'une dénonciation systématique des hiérarchies et de leurs abus de pouvoir. De quoi faire grincer des dents dans les hautes sphères de la vie publique. "Mais nous n'avons jamais reçu de critiques ou de pressions directes. D'après ce qu'on nous dit, on a beaucoup de fans dans le gouvernement et parmi les militaires. Des personnes très importantes aiment la série. En fait, je crois que les gens peuvent y voir ce qu'ils veulent."Longtemps considéré comme le bras télévisuel du Patriot Act américain (qui avance que la fin justifie les moyens), le feuilleton fait son mea culpa dans ce dernier volet. Et démontre avec son inoubliable scène finale qu'il est moins manichéen qu'on ne pense parfois. "Le dernier moment me touche beaucoup", confie Howard Gordon. "Parce que c'est le dernier, mais qu'il est aussi très fort. Mais je dois dire que la scène la plus extraordinaire du show est pour moi cette séquence de la saison 3 où Jack était contraint par un terroriste de tuer son patron, Ryan Chappelle. C'était d'une puissance incroyable. Et ça cristallisait parfaitement les choix difficiles que Jack a dû faire tout au long de sa carrière pour défendre ce qu'il croyait juste." 24 heures chrono, lundi 20/09 à 20.45 sur Be 1. My.L.