Avec Lastman, quand 'y en a plus, 'y en a encore! Casterman entame ainsi, parallèlement à la série principale qui se termine doucement, la publication de Lastman Stories, soit une collection de one-shots éclairant sous un autre angle l'intrigue et les personnages principaux et traçant des liens entre toutes les versions de la série, mi-manga mi-bien française, cré...

Avec Lastman, quand 'y en a plus, 'y en a encore! Casterman entame ainsi, parallèlement à la série principale qui se termine doucement, la publication de Lastman Stories, soit une collection de one-shots éclairant sous un autre angle l'intrigue et les personnages principaux et traçant des liens entre toutes les versions de la série, mi-manga mi-bien française, créée en 2012 par le trio Vivès, Balak et Sanlaville et existant déjà en livres, en dessin animé et en jeu vidéo. Ce premier volume revient ainsi à Paxtown, quinze ans avant les événements de la série-mère, lorsque Crystal, aperçue dans Lastfight (le jeu vidéo), était à la fois la reine du Violent Ball, le sport mi-spectacle mi-boucherie alors au top, et la maîtresse de Richard Aldana, toujours marié à Tomie Katana. Un trio explosif et extrêmement rembourré, surtout elles, fidèle à l'esprit de la série, mélange de violence, d'humour et de grossièreté comme en raffolent les adulescents -ces adultes encore ados. L'intrigue, qui se suffit à elle-même, ne décevra pas les fans (on navigue ici entre les grosses fights de filles, les trafics mafieux, les justiciers masqués et même quelques zombies). Lesquels devraient également apprécier le graphisme bluffant de Bacci, jeune auteur nourri à l'animation et au storyboard, et dont le dessin synthétique, qui n'est pas sans rappeler celui de Brüno, s'intègre parfaitement à cette grande aventure éditoriale qui n'empêche pas la potacherie. De quoi attendre le onzième et antépénultième volume de Lastman sans s'ennuyer une seconde: ça pète, ça vanne, ça cogne et ça défile comme on en a pris l'habitude avec ce qui restera l'une des meilleures séries françaises de la décennie. Une des rares, surtout, à avoir réussi à imposer un nouvel univers BD.