"J'ai passé la plus grande partie de mon enfance à rêvasser et rien ne me plaisait d'avantage que d'être emporté par l'histoire d'un roman ou d'un film", écrit David Albertyn sur le site de l'édition 2020 annulée de Quais du Polar.
...

"J'ai passé la plus grande partie de mon enfance à rêvasser et rien ne me plaisait d'avantage que d'être emporté par l'histoire d'un roman ou d'un film", écrit David Albertyn sur le site de l'édition 2020 annulée de Quais du Polar. L'auteur de ce premier roman passé malheureusement inaperçu pour cause de crise sanitaire a beau être né à Durban en 1983, avec un père militant anti-apartheid, la famille plie bagage et s'installe au Canada dans la foulée du meurtre d'un voisin à l'arme blanche. Le petit David a dix ans. Dans un entretien au White Wall Review, la gazette du département de langue anglaise de la Ryerson University de Toronto, Albertyn avoue se souvenir qu'à dix ans -il rêve d'être écrivain depuis ses six printemps-, son souhait est d'écrire un récit bouclé en 24 heures avec en toile de fond un événement sportif majeur. Quant à Vegas, c'est lors d'un séjour en famille pour assister à un tournoi de rugby que le gamin mesure le potentiel dantesque et romanesque d'une ville gangrenée par la corruption et déjà au coeur de solides ouvrages comme Las Vegas Parano (Hunter S. Thompson), La lune était noire (Michael Connelly) ou même Dino (Nick Tosches). Échantillon subjectif auquel il convient désormais d'ajouter Riposte. Antoine est un ancien délinquant. Futur de la boxe, il s'apprête à affronter dans quelques heures sur le ring du Reef, l'un des plus grands casinos du Strip, le grand favori Kolya Konytsin, fort de ses 17 victoires par K.O. Tyron, désormais ex-Marine, revient tout juste d'Irak au moment où son vieux pote Antoine joue dans quelques heures son combat du siècle. À cet alignement hautement improbable des planètes s'ajoute la préparation d'une manifestation du mouvement Black Lives Matter suite à la mort d'un jeune noir désarmé par Keenan, flic pestiféré et lui aussi vieux bro d'Antoine et de Tyron. Pour compléter ce trio qui ne s'est plus vu depuis dix ans, la femme fatale: Naomi. Seule membre de la bande à avoir rendu visite à Antoine lorsqu'il était au cabanon. Naomi est aussi l'ancienne amoureuse de Tyron, désormais mariée à Keenan. Ce tourbillon d'émotions, de larmes, de sueur et de sang rythmé au timecode frénétique du roman - Rispote démarre à 12:34 pour s'achever le lendemain à 11:46- "transporte le lecteur" dans une Amérique traumatisée par l'Irak et les violences policières. Une Amérique cristallisée par Antoine, Tyron, Keenan et Naomi et leurs tourments respectifs intimes et éthiques pour Tyron, notamment, dont les parents militants afro-américains ont été assassinés. Aux quatre protagonistes de ce roman bien troussé qui fait écho au vertigineux Corruption de Don Winslow de trouver place entre le marteau et l'enclume...