Diffusée au départ en websérie, adaptée d'une pièce de théâtre de Caroline Taillet, La Théorie du Y s'empare du délicat et pourtant très actuel thème des genres et de leurs possibles mélanges. Anna (Léone François) et Matteo (Colin Javaux) sont en couple. Casés, comme le veut l'horrible express...

Diffusée au départ en websérie, adaptée d'une pièce de théâtre de Caroline Taillet, La Théorie du Y s'empare du délicat et pourtant très actuel thème des genres et de leurs possibles mélanges. Anna (Léone François) et Matteo (Colin Javaux) sont en couple. Casés, comme le veut l'horrible expression qui confond sécurité affective et prison dorée. Et de fait, Anna s'ennuie. Dans un bar, après une dispute, elle se découvre une attirance nouvelle pour une inconnue, Claire (Ophélie Honoré). Au départ d'une situation qui pourrait faire glisser la banalité vers le cliché, Caroline Taillet et Martin Landmeters offrent en réalité un questionnement bienvenu sur la liberté, le choix, les assignations, la bisexualité, la quête d'identité et le couple. Couronnant un projet audacieux du département Webcréation de la RTBF, le succès critique et d'audience de cette fiction récompensée aux festivals web de Marseille et Lausanne valide amplement le choix de cette rediffusion télévisée estivale. Les thèmes sont portés avec fraîcheur, sans voyeurisme ni pudibonderie -malgré une tonalité générale sans doute encore un peu trop sage- par un casting et une écriture qui s'ancrent dans le réel, le trivial. Partant, ils touchent à quelque chose d'essentiel qui transcende les différences et les lourdes injonctions d'une norme sexuelle qui vacille sur ses bases.