de Gipi, éditions Futuropolis, Traduit de l'italien, 288 pages.
...

de Gipi, éditions Futuropolis, Traduit de l'italien, 288 pages. 9 C'est un pays, un monde, dévasté et hanté par quelques survivants, presque redevenus des animaux. Un monde recouvert d'eau, elle-même remplie de cadavres. "La terre des fils", là où un père tente de survivre avec ses deux grands enfants. Des enfants qui ne savent pas lire, qui perdent même le langage, et qui ne connaissent pas la tendresse: le père l'a bannie de leur existence, seule manière qu'il ait trouvé, pense-t-il, pour les rendre invincibles dans ce monde où règnent la violence et le "struggle for life", quel qu'en soit le prix. À sa mort, les fils n'auront qu'une seule idée en tête: déchiffrer le carnet que leur père griffonnait tous les soirs. Et comprendre si l'amour a encore sa place dans ce monde, ou mieux, s'il n'y a finalement plus que lui lorsqu'il ne reste rien... Presque 300 pages en noir et blanc, d'une rare violence dans l'univers de Gipi, pour justifier et donner toute sa force à une et une seule image -une caresse sur une joue. Le maestro italien s'est imposé une nouvelle écriture, sans couleur ni voix off, pour mieux se réinventer en bande dessinée. Le résultat est à la fois superbe, angoissant, émouvant et profond: une oeuvre très ambitieuse, roman graphique d'anticipation, réflexion sur le langage, ode à l'amour... D'évidence, un des grands livres de cette année. O.V.V.