Après sept thrillers fantastiques publiés entre 2006 et 2015 et auréolés de divers prix et d'une communauté de fans assez spectaculaire, Cédric Sire se fait désormais un nom dans le thriller pur depuis la sortie de Du feu de l'enfer (2017) et de Vindicta (2019). La S...

Après sept thrillers fantastiques publiés entre 2006 et 2015 et auréolés de divers prix et d'une communauté de fans assez spectaculaire, Cédric Sire se fait désormais un nom dans le thriller pur depuis la sortie de Du feu de l'enfer (2017) et de Vindicta (2019). La Saignée -le meilleur des trois- devrait définitivement asseoir sa réputation. L'intrigue est crédible, l'écriture percussive et la construction des personnages a encore gagné en épaisseur dans le chef d'un auteur plus proche de Franck Thilliez ou de Olivier Norek que de Caryl Férey ou Marin Ledun. Cédric Sire ne s'en est jamais caché: son objectif est de divertir avant tout. Mission accomplie avec cette plongée au coeur du dark Web et d'une "red room" appelée "la saignée" qui diffuse des meurtres en streaming, où les participants, planqués derrières leurs écrans, peuvent indiquer le degré et le mode de torture souhaité au bourreau. On y croise un policier en cybercriminalité, une ex-flic championne de boxe reconvertie en garde du corps, un écrivain pervers narcissique, une autre policière monomaniaque ou un patron de boîte de nuit. Si tous les personnages masculins sont des ordures ou des lâches, La Saignée fait la part belle aux femmes dont la part d'ombre cultivera l'ambiguïté jusqu'à la dernière ligne.