Dungeon of the Endless
...

Dungeon of the Endless ÉDITÉ ET DÉVELOPPÉ PAR AMPLITUDE STUDIOS, ÂGE NC, DISPONIBLE SUR PC ET XBOX ONE. 8 La trentaine bien tassée, Peter Gelencser s'emballait comme un kid sur le minuscule stand qu'avait planté Amplitude Studios à la dernière GamesCom de Cologne. Un poster dédicacé à la main, l'architecte vedette du futur monde ouvert de The Witcher 3: Wild Hunt jouait ainsi au fan boy face à cette micro équipe parisienne indé. Source de cet engouement inattendu: Dungeon of the Endless, jeu de stratégie hors cadre, sophistiqué et implacable. En un mot, obsédant. Beaucoup s'y sont cassé les dents. Peter Molyneux le premier. Pondre un gameplay jamais vu provoquant des nuits blanches relève de la quête du Graal. Difficile de dire pour l'heure si comme Might & Magic Clash of Heroes, Dungeon of the Endless réécrira durablement la grammaire hyper codifiée des jeux de rôle et de stratégie. Le titre français et futé gravite en tout cas avec talent entre tower defense et rogue-like, cousins qui n'avaient jamais dîné à la même table. Le joueur dirige ainsi à la souris deux à quatre survivants avalés par un improbable -et très beau- donjon SF dans lequel leur navette s'est enterrée. Objectif ultime de chaque niveau: amener un Cristal d'énergie vers une sortie en traversant un dédale de pièces au pas de course, face à des assauts aliens répétés. Avant cette exfiltration stressante, il est vital de repérer au mieux le parcours imposé pour ensuite le truffer d'armes automatiques (lanceurs de grenades, sulfateuses...). Cette installation de pièges très tower defense se précède toutefois d'une phase exploratoire aux airs de jeu de gestion. Accrochez vos ceintures...Pas de récolte de minerais pour alimenter son portefeuille façon Dune. A la place, chaque ouverture de sas reliant les salles du labyrinthe lâche des points à dépenser et conditionne le temps de confection de nouvelles technologies. Gérant la survie de sa troupe face à des monstres et drones de plus en plus nombreux, le joueur patronne donc trois départements de recherche & développement, obligatoires à sa survie. Investir dans du R&D de Nourriture dope les talents de son équipe tandis que les secteurs de la Science et de l'Industrie offrent plus de moyens de guérisons et d'armes à planquer dans chaque pièce, avant l'assaut final. Pour relever la sauce, ce dernier est également conditionné par les habiletés guerrières en place. Comme dans un jeu de rôle, la vingtaine de persos jouables offre ainsi des caractéristiques de vitesse, force et autre résistance très différentes. Affinités entre certains équipiers, marchands d'armes croisés par hasard, adversaires ne s'attaquant qu'au Cristal lorsqu'on n'y prête pas attention... Dungeon of the Endless recèle mille autres détails vertigineux. Mieux, sa facette rogue-like génère aléatoirement un nouveau niveau après chaque game over. La prédiction d'événement étant impossible, l'excellence ludique y devient donc la clef. Une source intarissable de bien-être. MICHI-HIRO TAMAÏ