Flashback HD
...

Flashback HD ÉDITÉ PAR UBISOFT ET DÉVELOPPÉ PAR VECTORCELL, ÂGE NC, DISPONIBLE EN TÉLÉCHARGEMENT SUR PC, PLAYSTATION 3 ET XBOX 360 (VERSION CHRONIQUÉE). 9Voir un développeur rééditer une de ses créations passées pour repenser ses ressorts ludiques est un événement rare dans le petit monde du gaming. Plutôt que de miser sur un simple coup de polish sur son cultissime Flashback, Paul Cuisset étend ainsi la vision de son gameplay sur sa version HD. Le classique de 1992, porté à l'époque sur une dizaine de machines(1), garde son ADN 2D entre plateforme, tir et réflexion. Mais Conrad B. Hart, son héros amnésique, gagne en mobilité. Sa palette de mouvements s'épanouit.Un prétexte idéal pour une relecture contemporaine de ce cousin proche d'Another World et Prince of Persia. Formellement, Flashback HD ne dévie pas de son moule original. L'aventure acrobate bondit toujours comme un trip de Yamakazi où l'on saute d'une plate-forme pour atterrir au sol. Avant d'effectuer une roulade pour enfin dégainer son arme. Eviter une dalle électrifiée, s'accrocher in extremis à une corniche pour narguer une sulfateuse automatique... Manette en mains, les sensations se rappellent au bon souvenir des années 90. Paul Cuisset a toutefois la bonne idée d'étendre la portée des tirs de Conrad, qui peut désormais orienter son pistolet à 360 degrés. Merci le stick analogique de la PS3 et de la 360. Déroutante au début, cette approche sert de parfait prétexte à l'apparition de nouveaux ennemis volants, sous forme de drones. Mieux, elle autorise même des headshots, tandis que tirer et charger sa pétoire tout en marchant (ou en restant suspendu au bord d'une plate-forme) est désormais possible. Cette nomenclature revisitée complexifie avec bonheur le concept originel et s'entoure même d'un pointeur laser inédit. De quoi par exemple arroser à 45 degrés des ennemis planqués, en s'abaissant près d'un gouffre qui les surplombe. Malgré l'apparition de nouvelles aides sous forme de carte et d'indices visuels indiquant des plate-formes cachées, Flashback HD ne nivelle heureusement pas sa difficulté par le bas. Il fluidifie son action sans la simplifier. En mode normal, certains passages demandent toujours un timing maniaque. Le stress monte d'autant que les checkpoints se font rares vers la moitié du jeu, avec à la clef des game over demandant de recommencer à zéro un long niveau. Loin d'arrondir les angles, Cuisset et son équipe offrent même à Conrad de nouvelles lunettes en réalité augmentée permettant d'identifier pendant quelques secondes des mines, des bonus et autres éléments du décor destructibles mais invisibles à l'oeil nu. De quoi également redonner un coup de jeune aux quelques énigmes du jeu. Des objets à déplacer d'un bout à l'autre d'un niveau, des interrupteurs vicieux ouvrant temporairement des portes... Observation et logique sont toujours les maîtres mots de Flashback. De quoi donner le sourire aux core gamers. Et oublier les bugs de collision et la version originale de l'ancienne production de Delphine Software, offerte avec le jeu mais un peu triste car fenêtrée et sans lissage HD. (1) DONT DES SPÉCIMENS COMME LE CD-I DE PHILIPS OU LA JAGUAR D'ATARI. MICHI-HIRO TAMAÏ