Ils sont passés outre la barrière du prix et de l'inconfort du port de lunettes 3D. Le risque de voir leur modèle complètement dépassé d'ici 6 mois ne les effraye pas. Les early adopters, les nantis ou les otakus qui ont craqué pour un téléviseur 3D l'année passée se comptent sur les doigts d'une main. Ou presque. En France, ils étaient ainsi 116 000 über geeks à miser sur un poste en relief sur 8,5 millions de modèles "classiques" vendus selon GFK. 2011 pourrait toutefois sonner l'heure de la revanche. Car si nourrir son écran d'images en relief reste une gageure, la 3D gonfle le ventre, lentement mais sûrement. Cette année, un téléviseur sur 10 acheté en magasin gèrera ainsi la troisième dimension.
...

Ils sont passés outre la barrière du prix et de l'inconfort du port de lunettes 3D. Le risque de voir leur modèle complètement dépassé d'ici 6 mois ne les effraye pas. Les early adopters, les nantis ou les otakus qui ont craqué pour un téléviseur 3D l'année passée se comptent sur les doigts d'une main. Ou presque. En France, ils étaient ainsi 116 000 über geeks à miser sur un poste en relief sur 8,5 millions de modèles "classiques" vendus selon GFK. 2011 pourrait toutefois sonner l'heure de la revanche. Car si nourrir son écran d'images en relief reste une gageure, la 3D gonfle le ventre, lentement mais sûrement. Cette année, un téléviseur sur 10 acheté en magasin gèrera ainsi la troisième dimension. Sur les forums et les sites spécialisés, il se chuchote que les lunettes actives (une solution retenue par Samsung, Sony et Panasonic) des téléviseurs stéréoscopiques seraient finalement moins intéressantes que les passives (LG y croit). Les premières se connectent à un récepteur, demandent des piles, sont plus lourdes, rencontrent des problèmes de perte de signal... et s'affichent entre 50 et 100 euros. Tournant aux alentours de 10 euros, les secondes ne connaissent pas ces défauts mais leur résolution est 2 fois moins bonne que celle de leurs concurrentes. Ce manque de standardisation et de performance ( lirenotre encadré) ne limite toutefois pas le pouvoir de fascination de la télévision 3D. Attendue ces prochains mois, l'arrivée de modèles 3D grand public. Exit le haut de gamme à plusieurs milliers d'euros, le ticket d'entrée se fixe autour de 1000 euros pour une diagonale de 40 pouces. Comme en écho à ces prévisions, le nombre de chaînes 3D grossit à vue d'£il cette année. L'expérience de Belgacom TV qui sélectionnait en mai 2010 quelques cafés Inbev pour diffuser le match Anderlecht-Saint-Trond en 3D n'est plus qu'un lointain souvenir, aussi anecdotique que L'Arrivée d'un train en gare de La Ciotat des frères Lumière. Captés et diffusés pour la première fois en relief sur le bouquet ADSL Orange, les Internationaux de France de Roland-Garros et la Coupe du monde de football de l'an passé marqueront le bon souvenir des syllabus des facultés de journalisme audiovisuel. Car sur les 3 continents, la TV 3D ne manque pas d'appétit. Après une première vague de chaînes satellitaires traînant dans son sillage SKY 3D, ESPN 3D (aux USA) et Canal+ 3D (en Europe), ce premier quadrimestre affiche une vitesse de croisière honorable, chez nos voisins français notamment. Après avoir diffusé divers événements sportifs en relief, Numericable annonçait ainsi Game One Music 3D, 4 diffusions quotidiennes de clips 3D sur Game One Music HD. FashionTV passe de son côté en version H3D (pour une plage horaire limitée de 14 à 23h) tandis que myZen.tv dispense des exercices de yoga. Parmi ces initiatives encore timides, Free lançait récemment 4 nouvelles chaînes 3D dont une musicale (NRJ12) et Penthouse 3D. Cheville ouvrière de nombreuses nouvelles technologies dont le Blu-ray et le Web, l'industrie du X est évidemment sur le qui-vive, de Hustler HD/3D à PlayBoy 3D TV en passant par Marc Dorcel 3D en Video On Demand. En attendant 2015, année où selon le cabinet d'étude In-Stat, le nombre de chaînes 3D devrait dépasser une centaine d'unités, les Etats-Unis tournent déjà à plein régime. Pas de tranches horaires limitées, mais du 24/7 avec films, sports et séries télé sur High TV 3D, chaîne généraliste disponible depuis peu par satellite sous nos latitudes. Contrairement à la HD, la 3D en continu aux Etats-Unis est également poussée par les constructeurs high-tech comme Sony pour 3NET et Panasonic pour n3D. Bien peu de choses en Belgique, hormis quelques initiatives éparses comme Studio 3D où l'on a déjà pu voir Arid et Freaky Age prendre du relief sur Exqi Culture. La VOD 3D, elle, apparaît timidement chez Telenet ou Voo qui propose par exemple 8 films en 3D dont des longs métrages d'animation de Ben Stassen ( Fly Me to the Moon)... à 4,5 euros. Si on ne pourra pas encore regarder un JT belge en relief cette année, les lecteurs Blu-ray 3D (dispos dès 200 euros) qui n'avaient pratiquement rien à se mettre sous la dent en 2010 affichent aujourd'hui une vingtaine de titres disponibles sous nos latitudes. Des poids lourds comme Sony Pictures, Universal, Disney et StudioCanal sont bien entendu au rendez-vous . Mais attention à la "fausse" 3D. Car si une vingtaine de titres sont également attendus ces prochains mois, des longs métrages comme The Green Hornet et Le Roi Lion seront convertis en 3D, à postériori. Avec à la clef, une "tridimensionalisation" qui risque de tomber dans les travers des " colorisations" des années 60. l TEXTE MICHI-HIRO TAMAÏ