Ces jours qui disparaissent
...

Ces jours qui disparaissent De Thimothé Le Boucher, Éditions Glénat, 192 pages. 8 Comme Lubin Maréchal, personnage central de Ces jours qui disparaissent, on n'avait pas vu venir le phénomène. Et pourtant, cet album-là, "one-shot", sorti dans le quasi anonymat d'une rentrée chargée et dû à un jeune auteur quasiment inconnu, au trait a priori guère spectaculaire, est en train de s'attirer tous les regards, et bien des compliments. Auxquels on ne peut qu'adhérer après avoir refermé ses 200 pages retraçant la longue vie de Lubin Maréchal. Une longue vie pourtant incroyablement courte, tenant en quelques jours. Lubin, la vingtaine décontractée, vit une vie d'hédoniste bien de son temps, qu'il partage sans trop stresser entre sa passion d'acrobate de cirque, sa bande d'amis et son petit boulot à peine rémunérateur. Rien de remarquable, jusqu'au jour où après s'être couché un dimanche, il se réveille un mardi. Lubin, désormais, se met à vivre, sans explications, un jour sur deux; l'autre jour, dont il ne garde jamais aucun souvenir, un autre Lubin prend sa place. Un Lubin différent, au caractère diamétralement opposé, qui ne garde lui non plus aucun souvenir des jours qu'il ne vit pas. Et qui va se mettre à vivre une vie qui n'a rien à voir avec celle de Lubin, moins insouciante et hédoniste. Ces deux hommes cohabitant dans un même corps et une même existence vont également entamer un dialogue par messages vidéo, avant de tous les deux se sentir à l'étroit dans leur moitié de vie, et en désaccord profond avec la vie de l'autre. Et Lubin de voir peu à à peu ses jours de vie se distancier et disparaître: ses absences se compteront bientôt en années plutôt qu'en jours... Une bonne idée ne suffit pas à faire un bon album; le Français Thimothé Le Boucher, 29 ans, a déjà compris ça parmi bien d'autres choses, et frappe donc très fort avec ce troisième album (le précédent, c'était en 2014 et à La Boîte à Bulles, Les Vestiaires). Il aurait pu se contenter, sur un tel pitch, de dérouler au choix un récit fantastique, un thriller, un drame psychologique ou un bon album de SF; il réussit le pari de mêler le tout sans jamais se perdre en chemin, ni imposer de réponses. Lubin est-il fou? Schizophrène? Ou ne vit-il finalement "en vrai" que ce que tout le monde vit au fond de soi et dans son existence, à savoir ce moment douloureux où l'homme adulte, petit à petit, chasse l'enfant qui est en lui? Thimothé Le Boucher, autre réussite, se gardera bien de donner toutes les réponses au lecteur: à lui de trouver les clés de compréhension de Ces jours qui disparaissent, en outre servis par le dessin très doux et très japonisant de l'auteur. Celui-ci revendique Tezuka, Urasawa, Togashi ou Junji Ito dans ses influences graphiques et narratives. On ne peut que l'en féliciter au vu du résultat. OLIVIER VAN VAERENBERGH