Dans le domaine du documentaire au tournage cathartique, après The Act of Killing et The Look of Silence de Joshua Oppenheimer, qui s'intéressaient au génocide indonésien, La Chasse aux fantômes nous pl...

Dans le domaine du documentaire au tournage cathartique, après The Act of Killing et The Look of Silence de Joshua Oppenheimer, qui s'intéressaient au génocide indonésien, La Chasse aux fantômes nous plonge dans le conflit israélo-palestinien. Raed Andoni a réuni des comédiens et des professionnels du bâtiment (géomètres, maçons, architectes, menuisiers...) ayant un étrange point commun. Ils sont tous passés par les geôles israéliennes. Notamment la Moskobiya. Avec eux, dans un hangar de Ramallah, il reconstitue ce qui reste le principal centre pénitentiaire de Jérusalem. On voit le film se construire. La tenue des auditions, la confection des décors... Tandis que les anciens incarcérés expliquent leur détention, rejouent des scènes parfois terriblement humiliantes qu'ils ont jadis vécues. Un film poignant, interpellant, poétique aussi parfois, dédié "aux 750 000 Palestiniens qui ont fait l'expérience des prisons et centres interrogatoires israéliens depuis 1967. "