Une constante dans l'Histoire contemporaine mouvementée est que le degré de libération de la parole est proportionnel à l'éloignement physique et temporel séparant le témoignage du fait décrit. N'échappant pas à cette règle, le récit que fait GiedRé de sa Lituanie natale -période soviétique- est plus nuancé à présent que la guerre froide est terminée. Il n'en reste pas moi...