Les deux volets de Kill Bill, sortis sur deux années successives avec un grand succès, marquent assurément le cinéma d'action post-moderne! Le surdoué Tarantino avait initialement envisagé un seul film, mais la longueur e...

Les deux volets de Kill Bill, sortis sur deux années successives avec un grand succès, marquent assurément le cinéma d'action post-moderne! Le surdoué Tarantino avait initialement envisagé un seul film, mais la longueur exceptionnelle de celui-ci le poussa vers l'idée de séparer en deux parties une histoire qui ne s'en trouve pas plus mal. Centré sur le thème éminemment porteur de la vengeance, le diptyque met en scène une jeune femme (Uma Thurman) dont le mariage tourne au massacre, la laissant seule survivante. Après quatre ans de coma, elle voudra retrouver et punir les responsables de l'horrible tuerie. Ex-tueuse à gages dans une organisation secrète, elle mettra ses talents (au sabre, en premier lieu) au service de sa mission... Truffé d'hommages au cinéma d'arts martiaux de Hong Kong et au chanbara nippon, avec une touche westernienne et un décalage savoureux dans l'humour (noir) comme dans la violence (extrême), Kill Bill offre beaucoup de plaisir à l'amateur de bon cinéma de genre.