C'est ce qu'on appelle de la belle ouvrage. Dispersion clôt, deux ans après le premier album, la trilogie Katanga que le prolixe scénariste Fabien Nury ( Tyler Cross, Charlotte impératrice...) a décidé de consacrer, à sa manière, à l'indépendance du Congo et au conflit qui opposa Mobutu, l'Union Minière et mille autres intérêts entre pouvoir et pognon au Katanga, province riche en diamants. Un pan important et extrêmement sombre de la grande Histoire contemporaine du Congo s'ouvre ici par la livraison de Patrice Lumumba à ses futurs assassins, mais se lit, comme toujours chez Nury, à hauteur d'hommes et de personnages à la complexité trop rare en BD. Ceux-ci alimentent une intrigue qui vous agrippe et ne vous lâche plus jusqu'au dénouement -particulièrement terrible ici, Nury ne se faisant aucune illusion, et n'en donnant aucune, sur la moralité des pouvoirs en place et les possibilités d'happy end dans notre monde réel, rongé par la convoitise. Un thriller politique entre western et conte cruel qui rappellera donc forcément aux lecteurs ce Il était une fois en France commis par le même duo d'auteurs, avec le même goût pour les atmosphères lourdes et les ressorts tordus (les ennemis d'hier se changeant en complices bien obligés d'aujourd'hui, avant de devenir les traîtres de demain) et surtout une même famille de personnages qui ne sont jamais -sans très mauvais jeu de mots- ni tout noirs ni tout blancs. Fabien Nury confirme en tout cas qu'il excelle dans ce type de fictions historiques, mêlant force d'évocation, réalisme du récit et souffle narratif. Du beau travail, quoique particulièrement sombre.

De Fabien Nury et Sylvain Vallée, éditions Dargaud, 68 pages.

8