Un garçon "vide sa pinte, et réalise qu'aucune femme n'est présente dans le bar. Aucune". En une phrase de son incroyable premier roman, Eric Richer révèle l'une des clés de compréhension de l'univers oppressant qu'il dépeint à grands renforts de détails, dans un pays probablement imaginaire du nord-est de l'Europe, aux moeurs aussi ancestrales que barbares. Un village déserté par les femmes, en quelques points comparable à celui du film Calvaire de Fabrice du Welz, où une colonie de galériens chasseurs tente de faire survivre contre toute logique le Kännöst, un rite de passage répugnant et éminemment sexiste ...